Seconde quinzaine de mars :dépression méditéranéenne puis ibérique!   Leave a comment

Pour les nouveau lecteurs ou nouvelles lectrices, ce bulletin a aussi une vocation  pédagogique.De plus ,s’adressant à des personnes situées dans différentes régions (entre 1000 et 2000 lecteurs par bulletin en moyenne) il ne peut donner des prévisions précises sur les premiers jours, contrairement aux sites spécialisés par régions (comme http://meteo81.free.fr/ pour le tarn) .Au delà de la semaine ce bulletin n’indique bien sûr qu’une tendance générale, mais donne surtout quelques clés de compréhension de notre atmosphère
Pour commencer,voyons un peu le  bilan du précédent bulletin réalisé le 28 février. Pour celles et ceux que l’analyse critique intéresse… pour les autres passez directement 15 lignes plus bas à « la situation actuelle ». J’avais écris comme titre pour la quinzaine  passée Frais mais plus sec et ensoleillé puis printanier au sud Dans l’ensemble c’est ce qu il s’est passé , dans le détail les 10 premiers jours furent bien vus mais depuis vendredi l’évolution fut différente. En seconde partie de semaine le flux de sud mentionné plus haut concernera surtout le sud de la France  et dans ce cas les 20° y seraient atteint. En effet de mercredi à samedi dernier les 19° furent atteints plusieurs fois dans le sud ouest Pas plus cependant car la masse anticyclonique ne serait pas bien chaude pour autant.Ceci dit la façade atlantique pourrait alors être touchée par des pluies dans ce flux de sud La dépression atlantique est bien arrivée comme prévue mais restée au loin et ce qu’il n’était pas modélisé est la mise en place d’une petite dépression active sur la grande bleue avec de fortes pluies cevennoles ce We pasmal de neige (1m) sur les PO  et un vent d’autan par ici  samedi et lundi à décorner les boeufs (rares il est vrai désormais… les boeufs pas l’autan!) Il faut donc reconnaître que les modèles gèrent mal ces petites dépressions sur le long terme! la situation actuelle! le sud est continue a etre très agité et pluvieux , il faut bien , de temps en temps, il ne peut y faire toujours beau! Le sud ouest est soumis à un fort vent de sud sud est Le nord reste sous un courant de nord est frais et sec lié à l’anti de surface scandinave (hautes pression au sol mais air froid)
Cette situation va évoluer dans les jours à venir en fonction du déplacement de la dépression portuguaise qui se dirige vers l’Autriche D’ici vendredi les régions situées au sud d’une ligne bordeaux Strasbourg vont  être, à un moment ou à un autre arrosés. 5 à 20mm en Aquitaine 10 à 40 en Midi-pyrénées et sur le pourtour méditéranéen 30 à 60 sur le massif central et le jura 80 sur les Cévennes, attention aux risques d’inondations. Sur  le sud des alpes et les PO à partir de 1800m le mètre de neige pourrait être atteint alors qu’il y a déjà pas mal neigé ces derniers temps donc  gare aux avalanches ce WE. Plus on ira vers le nord ouest meilleur sera le temps et comme il ne pleuvra pas à Paris attendez vous a entendre les médias nationaux vous parler d’un temps sec voir beau!! ironique moi? à peine! Très nette amélioration vendredi dans le sud, toute la France serait alors au sec avec 11° dans le nord est et 18° dans le sud ouest ou la cote méditerranéenne.
Pour plus de précisions pour ces 4 jours je vous invite à aller voir http://www.meteosud.org/ pour les sudistes et pour tous àhttp://www.meteociel.fr/prevville.phpou http://www.lachainemeteo.com/ et bien sur http://france.meteofrance.com/
Pour le WE Samedi un front instable et pluvieux va balayer les zones au nord cette fois de la même ligne Bordeaux  Strasbourg baisse des températures de 2 à 3° Dimanche la dépression sur l’Autriche devrait se réactiver à la rencontre avec se front et créer de l’instabilité pluvio orageuse dans l’extrême sud est (sud ligne Marseille Grenoble Le printemps calendaire débuterait dans une certaine fraîcheur donc Pour la semaine prochaine Nous serons sous une dominante anticyclonique dans un flux d’est frais mais la petite dépression résiduelle sur le sud est va se transformer en goutte froide c’est a dire zone de basse températures a haute altitude sous un régime anticyclonique .Les modèles sont en désaccord quant au positionnement de cette goutte froide mais il est probable que le sud est reste encore bien agité en début de semaine Quant au WE prochain et au delà  l’incertitude est totale mais je pencherai pour un situation qui perdure  avec toujours un anti quelque part entre les iles britanniques et le groenland  plus ou moins étendu vers le Bénélux la scandinavie et une zone dépressionnaire au sud Si tel est le cas les corses vont en avoir assez de la pluie et les bretons du soleil ! Pas de franche dégradation atlantique avec puissant flux d’ouest pluvieux de prévu en tout cas , un temps sec donc, une descente froide sur l’est est possible par contre. Je n’épiloguerai pas sur le japon mais juste une vidéo montrant les immeubles vaciller les travail des ingénieurs en construction est impressionnant http://www.youtube.com/watch?v=JhJzdtzl6KY&feature=youtu.be Si, tout de même, quelques éléments sur l’Astronomie et la sismologie ci dessous Bonne lecture et bonne quinzaine Cordialement Manu l’astrogrenouille des montagnes
Le 19 mars prochain, la Lune sera précisément à 356.577 kilomètres de la Terre. Elle n’a pas été aussi proche de nous depuis… 1992 ! On peut alors parler de « périgée ». Dans le ciel, il sera possible ce soir-là d’observer une « super pleine Lune ». Notre satellite naturel apparaîtra jusqu’à 14% plus gros et 30% plus brillant. Mais si le spectacle est généralement apprécié, certains font savoir qu’ils s’inquiètent. En effet, suite à des phénomènes similaires dans le passé, des catastrophes naturelles se sont produites. Les dernières « super pleine Lune » de 1955, 1974 et 1992 ont été suivies de nombreux événements climatiques meurtriers pour des milliers de personnes. Par exemple, le cyclone Tracy qui, en 1974, a dévasté la ville australienne de Darwin. Par ailleurs, certains observateurs soupçonnent le tsunami qui s’est produit en 2004 au lendemain de Noël et le séisme de magnitude 9 sur l’échelle de Richter enregistré en Indonésie en janvier 2005, d’être liés à l’activité de la Lune, qui se rapprochait. Le danger est surestimé, selon les scientifiques Cependant plusieurs scientifiques estiment que cette vision des choses est fausse, que le danger est surestimé. Il n’y a à ce jour aucune preuve qu’une catastrophe suivra cette nouvelle pleine Lune spectaculaire, qu’il s’agisse de séismes, de tsunamis ou d’éruptions volcaniques. Pete Wheeler de l’International Center for Radio Astronomy, cité par le Telegraph, se veut rassurant. Il pense simplement que « seule la marée va subir des modifications : lorsqu’elle sera basse elle sera beaucoup plus basse que d’habitude et lorsqu’elle sera haute, elle le sera beaucoup plus que d’habitude également. Mais rien de plus, il n’y a pas de quoi s’inquiéter ». PAS DE BOL …COINCIDENCE? POSSIBLE BIEN SUR Mais, sans incriminer aucun tremblement de terre, nous avons connu une situation semblable en France, lors de la tempête qui a traversé le pays le 27 décembre 1999. Les vents violents ont fait monter le niveau de la Gironde, et plus de 100 000 mètres cube d’eau ont envahi l’intérieur des bâtiments de la centrale du Blayais, provoquant des courts-circuits et mettant hors service les pompes de refroidissement de secours. Quand on lit l’interview du directeur de la centrale parue quelques mois plus tard dans un hebdomadaire de la région, on comprend qu’il s’en est fallu de peu pour que la France connaisse son Tchernoblaye ; mais cela, bien sûr, la plupart des Français n’en ont jamais rien su.
Il existe une certaine périodicité volcanique qui peut expliquer certains refroidissements, eux mêmes cycliques. Il résulte des travaux de MT Espin, qui a recueilli et classé des données relatives aux époques des tremblements de terre et éruptions volcaniques, que ces phénomènes présentent une périodicité de 8 à 9 ans environ. Cet intervalle se rapproche de la période de révolution du périgée de la Lune, et même en poussant plus loin les recherches, on a trouvé que l’activité volcanique est plus grande quand la déclinaison positive du périgée est maxima. Ainsi la Lune pourrait être responsable également d’éruptions volcaniques qui eux mêmes influencent sur le climat. la lune est au plus près de la terre tous les 9 ans ! Soleil et séisme http://clubregulus.free.fr/Soleil/Soleil_cycle22-23.jpg
belle reprise de l’activité solaire depuis 10 jours certaines théories lieraiet cette activité et l’activité sismique terrestre…. http://luniverselle.forumactif.net/t717-activite-solaire-et-seisme-au-japon-lies Tant que sous sommes dans le magnétisme …

Yves Gallet : « Le champ magnétique aurait influencé le climat »

Quelles sont les causes des variations climatiques des deux derniers millénaires ? Des variations dans la couverture nuageuse, elles-mêmes engendrées par des fluctuations du champ magnétique terrestre, propose une équipe française.

En quoi consiste votre théorie ? Yves Gallet : Nous pensons que les fluctuations du champ magnétique terrestre, produites par le noyau de la Terre, seraient à l’origine de certaines variations climatiques, comme le Petit Âge glaciaire survenu entre les XIVe et XIXe siècles. En collaboration avec le Centre de recherche et de restauration des musées de France, nous analysons des poteries anciennes pour reconstituer les variations passées du champ magnétique terrestre en Europe de l’Ouest au cours des derniers millénaires. Et nous nous sommes aperçus que chacune des périodes de refroidissement qu’ont connues nos régions durant le dernier millénaire concordait avec un pic dans l’intensité du champ magnétique terrestre [1] . Comment expliquer cette observation ? Habituellement, on explique les fluctuations climatiques des derniers millénaires par la variabilité solaire. Deux scénarios ont été envisagés : soit la quantité d’énergie solaire reçue par la Terre varie significativement ; soit les variations du champ magnétique solaire modifient la quantité de rayonnement cosmique interagissant avec l’atmosphère, au voisinage des pôles. Dans ce deuxième cas, il a été proposé que les particules cosmiques influenceraient la formation des nuages. Or, la modification de la couverture nuageuse affecte les températures au sol. Un mécanisme similaire expliquerait, en partie, notre corrélation. En supposant que les pics d’intensité magnétique observés s’accompagnent d’une modification morphologique du champ magnétique terrestre, le rayonnement cosmique pourrait interagir avec l’atmosphère à de plus basses latitudes : le processus de formation des nuages y serait amplifié, d’où des refroidissements, au moins dans la zone européenne. Comment démontrer cette théorie ? En renforçant notre corrélation. Actuellement, nous examinons de nouvelles poteries pour prolonger et compléter notre courbe des variations de l’intensité magnétique en Europe de l’Ouest et au Moyen-Orient. Dans un second temps, il faudrait encore plus diversifier la provenance géographique des poteries pour s’assurer que les pics d’intensité observés correspondent bel et bien à des changements dans la forme du champ magnétique terrestre à l’échelle globale. Propos recueillis par Viviane Thiven

Publicités

Publié 15 mars 2011 par Manutarn dans METEO

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :